Travel Un peu plus loin...

Le Brésil en sac à dos #1 Rio de Janeiro en trois jours

Bonjour vous,

J’espère que vous allez bien.

Cette semaine sera un peu spéciale car je vais revivre avec vous mon voyage au Brésil effectué en juin dernier avec Pierre.

Cela a été assez long à écrire car je ne savais pas si vous préféreriez un carnet de bord ou un guide pratique. Je vous ai donc posé la question sur Instagram et les résultats ont été … fifty/fifty. Ce sera donc un mix des deux! Mais pour éviter de publier un roman, j’ai séparé mon article en 5 : un général sur notre parcours au Brésil et quatres plus spécifiques qui retracent les étapes clés de notre périple.

Nous allons donc tout d’abord décoller pour Rio de Janeiro. Nous partirons ensuite pour un trek en Amazonie avant de découvrir les chutes d’Iguazu et la sublime Paraty. Nous concluerons cette semaine spéciale par un article un peu plus « pratique » sur notre voyage en général et comment j’ai vécu cette première expérience de back packeuse.

Bon voyage!

Rio de Janeiro en trois jours

En tout nous avons passé environ 4 jours et demi à Rio mais de façon fractionnée. J’ai donc essayé de vous condenser notre programme sur 3 jours.

Notre parcours

Premier jour : Arrivée à Rio de Janeiro, Pao de Acuzar, Lapa et coucher de soleil à Ipanema

Notre arrivée à Rio

Après 11 heures d’avion, nous avons atterri très tôt à Rio de Janeiro. Le temps de récupérer nos sacs, nous sommes sortis de l’aéroport vers 6 heures du matin avec comme premières missions : rejoindre la ville et trouver un back pack* pour les deux nuits à venir.

*back pack c’est le nom que les voyageurs en sac à dos (les « Backs Packers ») donne aux auberges de jeunesse. Les prix sont à la nuit comme pour un hôtel. Dans la majorité des cas, le petit déjeuner est compris dedans. Vous avez le choix entre des dortoirs de 10, 8, 6 lits selon les endroits ou des chambres individuelles pour les couples (forcément c’est plus cher). Dans chaque chambre vous avez des « lockers » (des casiers) sous les lits pour ranger vos affaires. Il faut donc bien penser à prendre un cadenas sur vous.

Rejoindre la ville depuis l’aéroport

Nous avons donc récupéré nos sacs à dos qui étaient en soute puis pris un des bus « premium » (les gros bus bleus) direction la ville. Ces bus desservent le second aéroport de Rio, la gare routière ainsi que les quartiers de Copacabana et Ipanema le long de l’Avenida Atlantica. Il faut compter 16 reais par personne (environ 4,20 euros). C’est le moyen de transport le moins onéreux pour quitter l’aéroport, le seul autre étant les taxis.

Nous nous sommes arrêtés à Copacabana et nous nous sommes mis en quête d’un back pack. Après plusieurs tentatives infructueuses et une heure à marcher avec les sacs à dos, nous en avons choisi une un peu par dépit.

Le mois de Juin étant le début de l’hiver au Brésil et donc la période creuse, notre auberge était en travaux. Les propriétaires avaient donc loué deux appartements pour loger les voyageurs. Les appartements étaient grands, confortables, bien situés dans Copacabana et propres. Le hic était qu’un était pour les hommes et l’autre pour les femmes. Nous étions donc séparés pour dormir avec Pierre. Cela n’a cependant duré que deux nuits et j’ai partagé ma chambre avec une brésilienne adorable. Du coup, je ne vous ai pas mis le lien car je ne peux pas vous dire comment est le back pack en temps normal.

Le temps n’était pas vraiment au rendez vous ce jour là, mais nous avons quand même voulu prendre de la hauteur en montant au Pao de Acuzar (le fameux pain de sucre). Direction donc Urca en bus de ville!

Les transports urbains à Rio de Janeiro

Il y a des arrêts de bus un peu partout dans la ville et les lignes sont détaillées sur les vitrines des abris bus. Les principaux monuments et lieux de visite de Rio y sont également dessinés sur chaque ligne les desservant. Une fois que vous avez repéré quel bus prendre, il vous suffit de le guetter et de lui faire signe pour qu’il s’arrête. Il faut avoir le temps car il n’y a pas vraiment d’horaires. On peut attendre 5 comme 20 minutes. Côté tarif, il faut compter un peu plus de 3 reaiss. Rio dispose aussi de 2 lignes principales de métro très pratiques pour circuler en ville mais qui ne desservent pas bien les monuments.

Pao de Acuzar

Le bus nous dépose directement devant le funiculaire du Pao de Acuzar. Nous prenons nos billets (70-80 reais par personne de mémoire) et montons en direction du sommet. La haut, nous découvrons la sublime « Rivière de Janvier » dans les nuages.

Le quartier de Lapa et les escaliers Selaron

Après un déjeuner sur le pouce dans une lonchenete (sorte de kiosque où ils servent des jus frais et des salgados), nous avons pris le métro pour Lapa car je voulais absolument voir les fameux Escadara Selaròn. Le quartier est également à voir avec pas mal de monuments, églises ainsi que les fameuses arches.

Admirer le coucher de soleil sur los dos hermanos

Nous avons terminé notre journée à marcher le long de la plage d’Ipanema. Au bout, nous sommes tombés sur une sorte de gros rocher où tout le monde semblait se diriger. Nous avons bien fait d’en faire de même, car c’était le spot parfait pour admirer le soleil se coucher sur les deux frères.

Et là, dans les bras l’un de l’autre, les yeux vers le soleil couchant, Pierre m’annonce… qu’il nous a pris deux billets d’avion pour aller voir les chutes d’Iguazu à la frontière argentine!

– oui moi aussi j’ai cru qu’il allait me demander en mariage pendant 5 secondes mouhaha 

Deuxième jour : Corcovado et Copacabana

Corcovado et le Christ Redempteur

Après une nuit de sommeil chacun de notre côté, nous avons pris un bus direction le Corcovado (nous avions lu que c’était bien plus pratique que le métro qui n’amène pas juste devant et l’endroit est un peu craignos). On douille une nouvelle fois environ 70 reais chacun. Nous prenons une sorte de petit train qui monte jusqu’au sommet du Corcovado. Là haut, nous découvrons la statue du Christ Rédempteur qui est vraiment impressionnante mais aussi une vue à couper le souffle sur tout Rio.

Plage de Copacabana

Le reste de la journée nous l’avons passé à lézardé sur la plage de Copacabana.

Petit conseil pour les filles : si les Brésiliennes jouent au concours du string le plus minuscule, le top less est par contre interdit là bas.

Aller à la plage en toute sécurité

Il y a pas mal de vols sur la plage, pensez bien à ne pas allez vous baigner en même temps, gardez vos sacs toujours devant vous et si vous voulez taper un roupillon, utilisez votre sac comme oreiller. A part ça, munissez vous d’un bon indice 50 car ça cogne!

Le dimanche, la circulation des voitures est interdite sur l’Avenida Atlantica (la route qui longe les plages d’Ipanema et Copacabana). Les Brésiliens en profites pour se promener librement (en string) ou faire du sport (une vraie culture chez eux).

Troisième jour : Maracana puis départ pour Manaus

Le Stade Maracana

Le troisième jour nous avions moins de temps devant nous car nous avions notre vol pour Manaus en milieu d’après midi. Nous avons donc visiter le stade Maracana le matin avant de récupérer nos affaires et de filer à l’aéroport.

L’accès au stade se fait par le métro (comptez 45 minutes de trajet quand même). La visite payante (je ne me rappelle plus du prix par contre) se fait en anglais et dure une bonne heure.

Départ de Rio de Janeiro

Après avoir récupérer nos affaires au back pack, nous avons rejoint l’aéroport Galeao avec un bus Premium.

Rejoindre l’aéroport depuis Rio

Comme je vous le disais plus haut, le seul moyen (à part les taxis) pour rejoindre l’aéroport international est d’attraper un bus Premium (les gros bus bleus). En théorie, ils sont sensés circuler depuis Sao Conrado, le long de l’Avenida Atlantica puis rejoindre la gare routière et les deux aéroports de Rio. Sauf que là où on a eu du mal c’est qu’il n’y a pas d’arrêts de bus définis (ni d’horaires!). En gros tu attends au bord de la route à Copacabana, tu pries pour en voir un et tu pries encore pour qu’il s’arrête quand tu lui fais signe. Le moyen le plus sûr qu’on est trouvé est de l’attendre à Santa Theresa car il s’y arrête à coup sur.

Une autre idée d’activité originale (mais un peu coûteuse) : un vol en Deltaplane ou en parapente au dessus de la ville 

Pour notre dernier jour, j’avais préparé une surprise à Pierre en lui bookant un vol en Deltaplane au dessus de Rio. Plusieurs écoles de vol sont proposées dans le Guide du Routard. Je me suis adressée à Ricardo Hamon (Delta Flight in Rio) avec qui j’ai pris contact par mail. Nous avons ensuite échangé par Whatsapp. Ricardo est hyper pro et parle très bien anglais. Le vol coûte 500 réais comprenant l’assurance, le saut avec Ricardo, les photos et la vidéo du vol. Ricardo prend également en charge le trajet pour venir jusqu’à l’école de voile sur la plage de Sao Conrado (il nous a envoyé un Uber).

Conseils pratiques

Ou loger à Rio?

Comme je vous le disais, impossible pour moi de vous parler objectivement de notre premier back pack. Par contre, à notre retour nous avons logé deux nuits au Che Lagarto d’Ipanema qui était très correct niveau prix (environ 14 euros par personne la nuit en dortoir de 6 avec petit déjeuner) et confort mais un peu moins niveau propreté. Il en existe un second à Copacabana.

Ou manger à Rio?

Il n’y a pas vraiment d’heures pour manger au Brésil et beaucoup de choix. Entre les lonchenete, les restos ao kilo (une sorte de buffet où vous payez en fonction du poids de votre assiette), les restaurants « classiques » (réservés aux touristes ou aux cariocas fortunés car assez chers) et tous les marchands ambulants qui vendent des salgados (sorte de beignets et friands à la viande, poulet ou fromage), de l’açaí, des épis de maïs bouillis, des crêpes de tapioca, des churros… on ne sait pas où donner de la tête. Et comme les Brésiliens ne semblent pas avoir d’heures précises pour manger, il y a tout le temps du monde partout!

S’il y a par contre un truc incontournable à goûter à Rio c’est bien l’agua de coco à siroter directement dans la noix de coco verte!

 

Après avoir testé une lonchenete et un resto ao kilo, nous nous sommes vite rangé sur l’option « faire à manger soi même » histoire de ne pas ruiner notre budget (et mon bikini) en nourriture.

Il n’y a que le dernier soir où nous nous sommes fait plaisir dans un beau restaurant dans le quartier d’Ipanema avec le Zaza Bistro Tropical. Pour le coup, ce n’était pas du tout brésilien comme cuisine (plutôt cuisine fusion) mais c’était délicieux et le cadre était hyper canon et romantique!

La suite de notre voyage demain 😉

Related Posts

1 Comment

Si tu veux me laisser un petit mot ça fait toujours plaisir :)

%d blogueurs aiment cette page :