Running Sport

Se préparer au sport grâce à l’ostéopathie et aux manipulations douces

Bonjour vous,

J’espère que vous allez bien.

Aujourd’hui, je vous propose un nouvel article « collab » comme celui que j’avais fait avec Elise, ma naturopathe préférée.

C’est au tour de Laurent Matéos, ostéopathe à Toulon, de s’y coller.

On parle souvent d’ostéopathie en cas de maux de dos ou autres donc plutôt pour un aspect « curatif ». Mais on n’y pense pas vraiment en préventif ou simplement pour prendre de bons conseils pour notre vie quotidienne ou notre activité sportive.

Du haut de mes 28 ans, je suis moi même déjà pas mal lessivée du fait de ma profession et de mes antécédents d’accidents de voiture. Je suis victime de douleurs récurrentes dans le dos depuis des années et plus récemment, d’une périostite tibiale.

Laurent a eu la gentillesse de se pencher sur mon cas. Nous nous sommes vus sur deux séances au cours desquelles, il a effectué des manipulations douces pour me soulager et surtout m’a montré des étirements et exercices à faire chez moi. Il m’a également prodigué de précieux conseils en matière de sport pour que je puisse continuer le running (le premier qui me dit ça, je l’ai béni!).

Comme Élise, je lui ai demandé de mettre la main à la patte, pour expliquer plus précisément en quoi les manipulations douces sont bénéfiques. Je lui laisse donc carte blanche pour vous en parler au mieux et je reprendrais la main (c’est mon blog à moi d’abord xD) pour vous parler de mon ressenti et surtout de mon évolution.

Se préparer au sport grâce à l’ostéopathie et aux manipulations douces

L’Ostéopathie et les manipulations douces (par Laurent)

L’ostéopathie, tout le monde connait ! Enfin, pense connaître ! On entend beaucoup d’avis différents sur ses effets, ses domaines d’action, à qui elle se destine. C’est vrai que cette discipline créée aux Etats Unis à la fin du 19eme siècle est maintenant largement pratiquée en France surtout depuis sa reconnaissance par l’Etat en 2003.

Cependant, malgré tout ce que les gens peuvent dire à son sujet, il y a encore beaucoup de zones d’ombre concernant ses actions, ses indications, ses limites.

Aujourd’hui je vais tacher de vous éclairer sur cette discipline que je pratique sur Toulon en prenant un cas concret et non conventionnel, celui de Lananasblonde.

J’ai reçu Pauline à mon cabinet pour des douleurs le long du tibia provenant d’une inflammation de l’os ou périostite. Ces douleurs se manifestent essentiellement pendant ses séances de running et l’empêchent donc de pratiquer plus régulièrement.

Ce qui caractérise l’ostéopathie et qui rend cette discipline très appréciée par les patients c’est que nous ne nous focalisons pas sur la douleur locale ressentie par le patient. Au contraire, au lieu de tester puis traiter le tibia de manière symptomatique, je prend le temps de poser des questions sur les habitudes de Pauline, son métier, ses loisirs, ses antécédents.

Dans son cas je me rend compte qu’elle travaille debout, la plupart du temps en piétinant. Elle porte des semelles quand elle fait du sport mais pas au travail.

Après avoir fait le tri dans tous les éléments collectés lors de cette petite discussion je commence à avoir une idée un peu plus précise des circonstances d’apparition de son symptôme.

Cela me conduit à contrôler plusieurs zones clé du corps, notamment la position du bassin qui gère en partie la posture debout.

Bingo ! Au test le bassin est déplacé ! Le travail de recherche ne s’arrête pas la, au contraire il m’amène à me poser d’autres questions : depuis quand est il décalé, qu’est ce qui l’oblige à basculer dans cette position ?

Après avoir corrigé le bassin, je teste la colonne vertébrale, je repère des vertèbres en restriction de mobilité associées à des contractures touchant les muscles proches. Il s’agit de compensations que le corps met en place progressivement pour adapter la bascule du bassin. Ces compensations se retrouvent jusqu’aux vertèbres cervicales et prouvent que le déséquilibre du bassin est relativement ancien.

Je termine donc en corrigeant les vertèbres les plus fixées puis par un étirement musculaire afin d’équilibrer la posture globale du corps.

La séance s’achève par des conseils de posture et quelques exercices d’étirement à faire de temps en temps pour conserver le plus longtemps possible le gain obtenu lors de la séance.

Je laisse le temps au corps de Pauline de s’adapter à la séance et je lui fixe une deuxième séance environ deux semaines après la première . Cette séance me servira de contrôle pour voir comment tout s’est stabilisé, elle permettra de mettre en évidence les zones que le corps a eu du mal à adapter.

La plupart du temps il s’agit de tensions musculaires liées aux habitudes du patient qui, si elle persistent, aboutiront à nouveau à un déséquilibre donc à des symptômes.

Je termine donc par des conseils préventifs pour renforcer ces zones de faiblesse.

Mon bilan

Au cours de la première séance, Laurent m’a posé beaucoup de questions sur mon mode de vie, ma profession et mon activité physique. Après « oscultation », il m’a expliqué les origines de mes douleurs et les a corrigé par des manipulations douces (pas de fameux « cracs » dans la nuque ou autres joyeusetés). Il m’a donné des conseils de postures et montré des étirements à faire chez moi. Il m’a également conseillé de faire d’avantage de gainages et d’introduire plus d’exercices pour muscler mon dos à ma routine sportive. Deux semaines plus tard, nous nous sommes revus pour faire le bilan. Grâce à l’application de ces recommandations, mon corps avait plutôt bien conserver son équilibre (restitué par les manipulations). Depuis, j’ai vraiment moins mal au tibia quand je cours et au dos en travaillant.

Je recommande donc ce type de démarche si vous souffrez de petites douleurs quotidiennes ou si vous voulez vous remettre au sport mais que vous avez peur de vous blesser.

Les manipulations douces peuvent également être appliquées pour aider à des troubles de stress ou de sommeil ou encore pour améliorer sa santé grâce à un drainage lymphatique.

Retrouvez Laurent à son cabinet ici mais aussi sur Instagram.

Des bisous et prenez soin de vous!

Related Posts

1 Comment

  • Reply
    Running : comment se remettre d'une blessure quand on est coureur - L'ananas blonde
    30 avril 2017 at 6 h 53 min

    […] Parallèlement, je suis allée voir un ostéopathe qui m’a conseillé des exercices et étirements pour reprendre tranquillement la course à pied (voir mon article ici). […]

  • Qu'as tu pensé de l'article?

    %d blogueurs aiment cette page :